C’était une des images fortes de la dernière campagne présidentielle […]

Le Lundi 14 novembre 2022 - 09:09

euthanasie

Lors de leur échange dans les rues de Fouras (Charente-Maritime), le président-candidat avait pour la première fois ouvert la voie à une loi sur la fin de vie.

C’était une des images fortes de la dernière campagne présidentielle. Le 31 mars dernier, alors qu’il s’offre un énième bain de foule, à Fouras (Charente-Maritime), Emmanuel Macron se fait alpaguer par un homme en fauteuil roulant. À 63 ans, Guy lui explique qu’il est atteint de la maladie de Charcot, une maladie neurodégénérative rare et grave qui se traduit par une paralysie progressive des muscles moteurs puis respiratoires. 

Face au président-candidat accroupis, Guy et son compagnon Pascal confient à Emmanuel Macron leur désarroi de devoir envisager un départ en Belgique pour bénéficier d’une euthanasie. "À la suite de ça, le Président a pris la main de Guy", se souvient aujourd’hui Pascal sur RTL. "Ils ont été une bonne minute sans rien dire, les yeux dans les yeux. Emmanuel Macron avait un visage très empathique, on voyait bien que ça l’avait remué", ajoute-il.

C’est alors que pour la première fois, le président-candidat livre son opinion sur ce sujet. Il se dit alors "favorable à avancer vers le modèle belge". En clair : vers une loi permettant, comme en Belgique, un suicide assisté pour des personnes atteintes d’une pathologie incurable. Une déclaration sur laquelle le président élu reviendra quelques semaines plus tard.

De son côté, la maladie de Charcot de Guy se dégrade rapidement dans les mois qui suivent.

Comme il l’avait prévu avec son compagnon Pascal et sa famille, il décide alors de se rendre en Belgique afin de bénéficier d’un suicide assisté. "Son départ était formidable", se remémore Pascal auprès de RTL. "Il est parti entouré de ses enfants, de leurs conjoints, de son frère, de moi. La seule contrainte c’est qu’il a fallu partir en Belgique".

Quelques semaines après le décès de son compagnon, Pascal a écrit à Emmanuel Macron pour l’informer de la mort de Guy. Dans un courrier consulté par RTL, le chef de l’État lui fait part en retour de "son plein soutien et ses plus chaleureuses pensées".

"Vos mots renforcent ma conviction profonde qu'il est temps que nous menions une réflexion collective afin de répondre aux attentes et aux interrogations légitimes qui s'expriment sur la fin de vie", lui écrit Emmanuel Macron. "Soyez certain que je veillerai à ce que la réflexion qui s'ouvre - et que je souhaite sereine et éclairée - nous permette d'avancer ensemble vers une fin de vie plus digne et plus humaine", poursuit-il. "Je n'oublierai pas Guy, ni sa mémoire, ni son combat. Vous pouvez compter sur moi", écrit-il encore dans cette lettre. 

De son coté, Pascal appelle sur RTL Emmanuel Macron à ne pas céder à la "pression". "Il faut avancer", dit-il. "S’il doit laisser une loi marquante de ses mandats c’est le moment ou jamais. En mémoire de Guy".

Le site de RTL

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : le Conseil constitutionnel réaffirme le droit des médecins à déroger aux directives anticipées d’un patient - Sud Radio

[VIDÉO] Pierre Juston, administrateur de l'ADMD, était l'invité de Sud Radio.

Lire la suite
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.