Le Journal de l'ADMD

JOURNAL N°149 de l'ADMD - FÉVRIER 2020

Edito […]

Le début de cette année a été marqué par l’affaire dite des médecins de Seine- Maritime, deux médecins mis en examen pour avoir aidé des patients à mourir à domicile, dans le cadre d’une sédation et avec du midazolam, produit réservé aux pharmacies hospitalières. Rappelons que ces deux médecins ont déclaré ne pas pratiquer d’euthanasies et souhaitaient uniquement soulager les douleurs de leurs patients.
Après l’émoi provoqué dans la population et, notamment, chez beaucoup de soignants, la Haute Autorité de Santé, le 11 février dernier, a recommandé à la ministre de la santé – qui a indiqué y être favorable – de faciliter l’accès au midazolam pour les médecins libéraux. Mais voilà...
Ne nous y trompons pas. La sédation, qu’elle soit pratiquée à l’hôpital ou à domicile, reste toujours aussi cruelle, aussi hypocrite et longue.

JOURNAL N°148 de l'ADMD - SEPTEMBRE 2019

Edito […]

Notre 39e assemblée générale s’est tenue à Vannes, le 14 septembre dernier, à l’initiative de notre déléguée pour le Morbihan, Renée Jeanjean et de son délégué adjoint de mari, Bernard. Nous devons leur adresser des remerciements chaleureux. Grâce à eux, aux bénévoles de la délégation et aux salariés du siège, nous avons connu un moment utile de travail et d’information. Même le grand soleil breton a fait de cette journée une belle réussite.

Un temps de travail, avec la réunion statutaire du samedi matin qui a permis au président de l’ADMD que je suis, au secrétaire général, à la trésorière de présenter leurs rapports pour l’exercice 2018. Des rapports très satisfaisants, tant sur le plan de notre organisation, que sur le plan de notre activité, que sur le plan de nos finances. Oui, notre association est une association en bonne santé, qui joue pleinement son rôle tant de lobbying que de solidarité et d’écoute.

JOURNAL N°147 de l'ADMD - JUIN 2019

Edito […]

Chers amis de l'ADMD,

À quelques journées de la trêve estivale, cet éditorial est l’occasion pour moi de revenir sur les derniers événements qui concernent notre association et dont vous avez été informés via notre lettre électronique d’information. Et particulièrement, sur les rebondissements autour de Vincent Lambert, ce jeune homme maintenu en survie dans un état de conscience minimale...

Alors que toutes les voies de recours administratives avaient été épuisées et que l’arrêt des traitements couplé à une sédation profonde et continue (cette sinistre façon de finir sa vie en France selon la loi Leonetti) avait été entamé, la cour d’Appel de Paris a ordonné le soir-même la reprise des traitements pour faire suite à une demande d’un comité onusien chargé du handicap, dont la compétence en la matière est contestable (en effet, Vincent Lambert n’est pas une personne handicapée).

Quelques jours seulement après, le ministère de la santé, au nom de l’État français, formait un pourvoi en cassation pour casser cette décision. Un imbroglio juridique, devenu difficilement lisible. Une décision sera prise le lundi 24 juin 2019 (après mise sous presse de ce Journal, donc.)

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.