Tribune de Jean-Louis Touraine est professeur émérite de médecine et député honoraire publiée dans Le Figaro.

Le Mercredi 27 juillet 2022 - 13:53

ADMD

Madame la Dr Claire Fourcade et douze de ses collègues ont publié une tribune dans Le Figaro pour rappeler leur position sur les questions relatives à la fin de vie. Qu'ils soient rassurés: ce n'est ni dans l'esprit du président de la République ni dans celui d'aucun organisateur de la prochaine convention citoyenne sur le sujet de se dispenser de leur importante expérience. Toutes les personnes confrontées aux situations de fin de vie, tous les organismes ayant approfondi cette réflexion (Conseil économique, social et environnemental, Assemblée nationale, Comité consultatif national d'éthique, etc.) ainsi que les diverses associations concernées méritent une égale écoute. Aucun ne peut à lui seul se prévaloir d'une vérité absolue et universelle mais tous contribueront à la conclusion.

Avec madame Fourcade, je suis sûr que nous partageons la conviction que nous sommes, humblement, au service de nos malades. Que nous écoutons nos malades bien davantage que de quelconques propos idéologiques. Que nous leur reconnaissons des droits, notamment celui de participer prioritairement au choix de leur destin, et que ces droits des malades ne s'arrêtent pas lorsque surgit la phase agonique. Au XXe siècle, le paternalisme médical résolvait les «situations difficiles» par des décisions de médecins hospitaliers, prises parfois avec l'accord des familles, rarement celui des personnes concernées. L'administration d'un «cocktail lytique» (assortiment de trois médicaments à effet létal) abrégeait les souffrances de certaines personnes en fin de vie. De telles pratiques sont heureusement devenues inacceptables et le choix du malade lui-même devrait prévaloir sur les autres considérations.

Les professionnels des soins palliatifs doivent s'exprimer sur l'évolution de leur réflexion. À la différence de ceux de nombre d'autres pays, ces spécialistes ont été, en France, orientés vers un refus systématique d'aide à mourir.
Jean-Louis Touraine

C'est ce que disent plus de 9 Français sur 10 dans les sondages effectués depuis plus de 10 ans. C'est ce qu'ont voté 83,5% des députés le 8 avril 2021. Ce jour-là, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale a été reconnu le droit du malade au choix comme le droit des médecins et soignants à faire valoir leur clause de conscience, par le vote de l'article 1 de la «proposition de loi donnant le droit à une fin de vie libre et choisie». Faute de temps, seul l'article 1 a pu être soumis au vote et il reste donc à compléter l'étude du texte des articles suivants puis à recueillir l'avis du Sénat ou à solliciter la population française pour une décision prise à la majorité. Les professionnels des soins palliatifs doivent s'exprimer sur l'évolution de leur réflexion. À la différence de ceux de nombre d'autres pays, ces spécialistes ont été, en France, orientés vers un refus systématique d'aide à mourir.

Certains formulent aujourd'hui un point de vue plus tolérant, plus respectueux de la liberté du malade mais ils doivent guider la société sur les précautions, l'encadrement, la sagesse qui doit entourer une décision aussi délicate. Ils doivent aussi contribuer à résorber le déficit majeur de prise en charge en soins palliatifs, malgré cinq plans successifs. Non, soins palliatifs et aide à mourir ne sont pas en opposition mais plutôt en complémentarité. «Ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort» écrivait Antoine de Saint-Exupéry. Améliorons la prise en charge de nos malades pour qu'après une vie épanouie, ceux-ci ne soient pas incités à se résigner au «mal mourir français» mais qu'ils puissent sereinement choisir entre l'attente d'une «mort naturelle» et l'accompagnement vers «une mort sans souffrance», «une mort solidaire» plutôt qu'une «mort solitaire».

Le site du Figaro

- À DÉCOUVRIR -
« En cas d’accident grave et sans directives anticipées, vous êtes à la merci d’autrui »

Par Vincent Lautard, infirmier et juriste, auteur d’articles juridiques et de tribunes.

Lire la suite
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.