Il n’y a donc pas de fatalité au mal mourir (de faim et de soif) en France.

 

Le Jeudi 5 novembre 2020 - 10:31

Lors de la légalisation de l’euthanasie en Belgique, par la loi du 28 mai 2002, la pratique de la sédation palliative a également été autorisée. Comme en France, elle a pour but premier de soulager les douleurs, quand bien même l’effet secondaire serait la mort.

Pourtant, la conception belge de la sédation est bien différente de sa conception française, légalisée par la loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016 ; la première apparaissant comme plus humaine que la seconde… Pourquoi ? Parce que le protocole (produits, dosages, moment d’application…) est bien différent d’un pays à l’autre.

Décryptage…

ADMD

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : sédation versus euthanasie

Pour bien distinguer deux pratiques de fin de vie.

Lire la suite
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.