Le Jeudi 11 juin 2020 - 16:31

Elle défend l'euthanasie à ses fenêtres : « C’est la mort de ma mère qui me hante, j’y pense tous les jours » - La Montagne

Depuis la mort de sa mère, le sujet l’obsède […]

k

Marie-Jeanne O’Toole aime les phrases cinglantes. Quand on lui demande de quoi sa vie a été faite, elle répond : « Ce n’est pas ma vie qui est importante, c’est la fin de ma vie. »

Depuis plusieurs mois, les Montluçonnais peuvent lire ses réflexions sur les fenêtres de sa maison : « Agonie de ma mère : trois mois ? ; euthanasie de mon chien : cinq minutes ». Ou plus récemment : « coronavirus, non ? ; euthanasie, oui ».

L’exemple de la mort de sa mère

Marie-Jeanne n’a rien d’une femme suicidaire ou déprimée. Mais à 85 ans, elle pense sérieusement au trépas. « C’est la mort de ma mère qui me hante, j’y pense tous les jours. »

Malade d’Alzheimer, amputée des deux jambes à l’âge de 90 ans, la mère de Marie-Jeanne O’Toole a subi un supplice. « Sur la fin, je ne voulais plus la voir, elle ne me reconnaissait plus et elle souffrait trop. »

Comment Marie-Jeanne aimerait-elle mourir ?? « Comme ma chienne », réplique-t-elle. Son animal était rongé par les métastases. 

Un vétérinaire l’a auscultée et m’a dit qu’on ne pouvait rien faire pour elle. Il a pris sa patte, a cherché la veine, l’a endormie et lui a inoculé une potion létale. En cinq minutes, c’était fini

Marie-Jeanne est membre de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité. Elle peste contre François Hollande « qui n’a pas respecté sa promesse de 2012 ». Son fils comprend ses positions mais ne veut en aucun cas l’aider. « Il me dit qu’il faudra que je me débrouille et qu’il ne veut pas finir en prison. »

Cette native de la Marne, qui habite à Montluçon depuis 2011, a perdu deux de ses trois enfants. « Mon fils est décédé en septembre 2015. Il était trisomique et vivait avec moi. Un jour, il est tombé malade alors qu’il se trouvait dans un séjour en groupe. Il a été hospitalisé presque mourant. Lorsque je me suis rendu dans son service, il était sous perfusion, les mains attachées pour l’empêcher de se débrancher. Le spectacle était atroce », raconte-t-elle.

Le médecin des soins palliatifs a organisé une réunion de l’équipe médicale en présence de la famille. « On nous a expliqué qu’il n’y avait plus d’espoir. Ils ont décidé, avec notre accord, de l’endormir et de le débrancher pour le laisser partir dans son sommeil. Je les en ai remerciés. »

Sur un tableau, chez elle : « Pas de réa SVP »

Dans son salon, elle a laissé un message sur un tableau : « Pas de réanimation SVP ». C’est à l’adresse des secours. « Je veux qu’on me laisse mourir, c’est tout ».

Le site de La Montagne

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : « Les trois mots de notre devise républicaine sont mis à mal » - Ouest-France

« Le cadre légal, il faut le faire bouger car il ne respecte pas la dignité de la personne à l’agonie. Onze jours, c’est long […]

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.