Le Mardi 19 septembre 2017 - 13:14

Révision des lois de bioéthique en 2018. Que peut espérer l'ADMD ?

Le président du Comité consultatif national d’éthique a annoncé un premier agenda pour la révision des lois de bioéthique […]

ADMD

 

Tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d’un débat public sous forme d’états généraux. Ceux-ci sont organisés par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et donnent lieu à la rédaction d’un rapport. Pour tenir compte également du nécessaire nouvel examen d’ensemble par le Parlement de la loi de bioéthique de 2011, le président du CCNE a annoncé des débats régionaux, jusqu’en juin 2018, qui donneront lieu à une série de propositions. Le Gouvernement décidera ensuite ce qu’il souhaitera voir figurer dans un projet de loi qui sera soumis au Parlement à l’automne 2018.

En 2011, la loi de bioéthique, dont Jean Leonetti était le rapporteur à l’Assemblée nationale, avait refusé d’évoquer les questions liées à la fin de la vie. Cette fois-ci, la ministre de la santé, Agnès Buzyn a indiqué, le vendredi 15 septembre, au micro de France Inter, que les débats « pourront éventuellement rouvrir ce sujet. » Il serait en effet incompréhensible, après l’émotion suscitée par l’histoire tragique d’Anne Bert, que la question essentielle – puisqu’elle concerne chacune et chacun d’entre nous – de la fin de vie ne soit pas abordée lors de ces débats. D’autant que le président de la République lui-même, en mars 2017, déclarait à une journaliste : « Moi, je souhaite choisir ma fin de vie, oui. »

Les adhérents de l’ADMD, les militants du droit de mourir dans la dignité, toutes celles et tous ceux pour qui la liberté ne s’arrêtent pas aux portes des hôpitaux, toutes celles et tous ceux qui constatent qu’aux Pays-Bas, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, les citoyens abordent plus sereinement que nous la question de leur propre finitude, toutes celles et tous ceux qui pensent que le choix de leur fin de vie est un droit absolu devront se mobiliser et participer activement à ces états généraux et aux débats régionaux pour rappeler le droit à notre ultime liberté.

Toutes les informations sur les dates et les lieux seront prochainement diffusées sur notre site.

Lettre au président du CCNE
- À DÉCOUVRIR -
Euthanasie. La France peut-elle continuer à se reposer sur la Belgique ?

Les Français.es attendent toujours une loi qui légalisera enfin l'euthanasie […]

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter