Le Mardi 21 février 2017 - 17:06

Points communs entre les opposants à l'euthanasie et à l'IVG

La liberté de choisir sa vie, de choisir sa mort, en face des voleurs de libertés, ceux qui s’appellent eux-mêmes improprement des pro-vie […]

dessin

L’ADMD a été créée autour des femmes. Des femmes – aidées aussi en cela par quelques hommes – qui, après avoir obtenu le droit de choisir de devenir des mères ou non avec la légalisation de l’IVG, se sont lancées dans le combat pour la liberté ultime, celle de rester maître de sa propre fin de vie. La liberté de choisir sa vie, la liberté de choisir sa mort…

En face d’elles et de leurs héritières – et de leurs héritiers – les mêmes : ceux que nous appelons les voleurs de liberté, ceux qui s’appellent eux-mêmes improprement des pro-vie alors qu’ils ne sont en réalité que des anti-choix, des liberticides.

Car en effet, il y a pour un partie de la population – minoritaire, fort heureusement – la certitude, illégitime dans une société laïque, que nos lois républicaines devraient se soumettre à des règles divines et que nous ne serions propriétaires ni de nos vies, ni de nos corps. La contraception – en dehors de la technique du retrait – et l’avortement devraient être interdits au motif que l’acte sexuel aurait pour seul but la procréation. Empêcher un embryon de se former puis de se développer pour, ensuite, donner naissance à un être humain serait tout simplement un crime.

Ainsi, toujours au motif que notre vie ne nous appartiendrait pas, il ne faudrait pas précipiter la mort grâce à l’euthanasie ou au suicide assisté, ne pas contrarier la survenance de la mort prétendument naturelle. En feignant au passage d’oublier que la mort naturelle ne survient que très rarement dans un pays dans lequel plus de 75% des décès se déroulent à l’hôpital, où les plateaux techniques sont de plus en plus perfectionnés et où l’industrie pharmaceutique cherche sans cesse de nouveaux médicaments pour nous permettre de vivre de plus en plus longtemps en soignant de plus en plus de pathologies autrefois mortelles.

Contraception, avortement, libération de la femme, mariage des personnes de même sexe, droit de mourir dans la dignité, se heurtent toujours aux mêmes individus qui, en cherchant à priver les citoyens de leurs libertés individuelles fondamentales, ne font qu’avouer leur propre incapacité à décider pour eux-mêmes et s’en remettent à des puissances divines pour conduire leur vie. Par lâcheté ?

- À DÉCOUVRIR -
Le Serment d’Hippocrate, un obstacle à la légalisation de l'euthanasie ?
Examinons de plus près ce texte rédigé au temps de Platon, d’Aristote et d’Alexandre le Grand […]
Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.