Une pratique bien différente de la pratique suisse...

Le Mercredi 25 novembre 2020 - 09:14

ADMD

Depuis 1997, neuf états des Etats-Unis d'Amérique permettent le suicide assisté. Une liste à laquelle il faut ajouter le District of Columbia :

  • Oregon (octobre 1997 – révisée en août 2019)
  • Montana (décembre 2008)
  • Washington (mars 2009)
  • Vermont (mai 2013)
  • Californie (octobre 2015)
  • Colorado (novembre 2016)
  • Hawaï (avril 2018)
  • Maine (juin 2019)
  • New Jersey (août 2019)
  • Et donc, Washington DC

Ce suicide assisté n'est pas du tout celui que nous connaissons en Suisse, où la personne est accompagnée tout au long de sa démarche, jusqu'au geste ultime au sein d'une structure associative. Il s'agit alors d'une prestation payante, de l'ordre de 8 000 à 10 000 euros selon les structures. Les nouvelles directives de l'Académie suisse des sciences médicales, entrées en vigueur en juin 2018, considèrent comme acceptable l'assistance au suicide d'un patient capable de discernement, lorsque les symptômes d'une maladie et/ou des limitations fonctionnelles lui causent une souffrance insupportable et que les autres options ont échoué ou ont été jugées inacceptables par le patient.

Aux Etats-Unis, dans les états qui permettent le suicide assisté, les personnes de plus de 18 ans qui peuvent prouver – diagnostic médical à l'appui – qu'elles n'ont plus que 6 mois à vivre peuvent demander à un médecin la prescription d'un médicament létal, du Pentothal (thiopental sodique, dans sa forme injectable soluble). Ce médicament doit être retiré dans une pharmacie agréée et pris ensuite par la personne en fin de vie, sans accompagnement.
Dans les faits, la Compassion and Choices of Oregon assiste gratuitement les personnes qui font cette démarche, d'abord grâce à un réseau de médecins volontaires, ensuite en informant le patient de ses droits et des conséquences de sa demande. Le cas échéant, les bénévoles expliquent aux candidats au suicide assisté comment préparer le produit et comment l'absorber afin que la mort soit la plus rapide possible.

PhL

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : sédation en France versus sédation en Belgique

Il n’y a donc pas de fatalité au mal mourir (de faim et de soif) en France.

 

Lire la suite
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.