Le Lundi 3 mai 2021 - 17:58

Du 24 au 31 mai 2021, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité investit le terrain…

Une semaine de mobilisation dans toute la France.

ADMD

Après de nombreux mois qui ont tenu les délégués de l’ADMD éloignés du terrain, la 14e Semaine de mobilisation (du 24 au 31 mai 2021) marquera le retour des activités militantes.
La discussion d’une proposition de loi de légalisation de l’aide active à mourir, le 8 avril dernier, a montré que sur ce sujet – enfin ! – les députés étaient, à l’image des Français, très largement favorables à une loi de liberté qui permette à chacun, en fin de vie, de choisir les conditions de sa propre mort.
La loi actuelle ne convient pas. La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid l’a démontré amplement. Face à des situations difficiles, à des souffrances inapaisables, patients, médecins et accompagnants ne disposent pas des moyens nécessaires pour répondre. Et face aux interrogations sur la seule évidence de notre vie, c’est-à-dire la mort, la loi de 2016 ne permet pas d’apaiser les angoisses… Une loi qui n’est pas appliquée, qui est mal connue et qui, par ailleurs, est peu applicable, doit être changée ; et non pas de manière marginale et, somme toute, anecdotique comme ce le fut en 2016, mais de manière profonde, de manière à changer de paradigme en permettant, lorsque la vie est arrivée à son terme, d’utiliser un produit létal, dans le respect des volontés et des consciences, pour mettre rapidement un terme aux souffrances.
Il faut une loi qui prenne en charge les fins de vie dans le cadre des maladies neurodégénératives : la loi Claeys-Leonetti de 2016 ignore les malades atteints de SLA ou de Parkinson, par exemple, et c’est tout bonnement insupportable…
La loi que nous demandons – et que les militants de l’ADMD défendront devant les Français à l’occasion de cette 14e Semaine de mobilisation, est une loi qui ouvre le champ des possibles et, parce que nul ne sait ce qu’il voudra pour sa fin de vie, n’emporte aucune contrainte, aucune obligation pour quiconque. Cette loi de liberté est l’objet de la proposition de loi votée par les adhérents de l’ADMD lors de sa 38e assemblée générale.

Du 24 au 31 mai, venez à notre rencontre pour défendre votre liberté de choisir.
Les délégués de l’ADMD organisent des opérations de tractage et de visibilité durant cette semaine ; prenez contact avec eux pour y participer.

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : un débat parlementaire saboté sur l'aide active à mourir

Une première victoire...

Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.