Le Mercredi 7 avril 2021 - 10:58

Oser vivre, oser mourir - Le Docteur Gérard Apfeldorfer

Accepter sa condition de mortel est une libération.

S’il est exact que « la mort fait partie de la vie, elle en est une étape, au même titre que la naissance », il est aussi exact qu’on la craint, et que c’est normal.

Oui mais, constat : notre époque est thanatophobe. Nous vivons dans la peur de la mort, au point que vivre avec cette angoisse nous mène au déni.
 
C’est grave, docteur ? Oui c’est grave, parce que la terreur de la mort empêche de vivre pleinement ; et que l’accepter, c’est se libérer et donner un sens à sa vie, et permet aussi de réfléchir à la façon de mourir dignement.
 
Avec une grande érudition, et une non moins grande pédagogie, l’auteur nous fait découvrir les questionnements sur l’au-delà, et les différentes réponses apportées par les expériences de mort imminente, les religions et les philosophies, et nous fait également aborder le transhumanisme.
 
En utilisant son expérience de psychiatre et psychothérapeute, il nous donne des exemples de traitements réussis dans des cas extrêmes, et il ajoute même en fin de volume un manuel pratique d’autothérapie.
 
Il nous amène ainsi à explorer la nature de la mort et à y faire face, à comprendre comment l’apprivoiser pour vivre pleinement.
 
Car c’est là notre but : avoir une vie pleine, une vie active et créative, engagée et citoyenne, avec une direction qui tend vers une amélioration de soi.
 
Et naturellement, on est amené à réfléchir à la façon de mettre fin à cette vie, en accord avec sa propre notion de la vie.
 
L’auteur, là aussi, explore avec justesse la façon dont on meurt en France, entre soins intensifs et soins palliatifs, sans avoir le choix ni du moment ni de la manière.
 
Et, évidemment il aborde la question du suicide ; il nous brosse, là encore, un tableau exhaustif du suicide, de l’antiquité à nos jours, en évoquant aussi les suicides par devoir, comme ceux de certains résistants ; et il aborde avec exactitude les aspects juridiques du suicide.
 
Et il termine sur l’aide active à mourir, c’est-à-dire le suicide assisté et l’euthanasie, les débats autour de ces notions, et les législations.
 

Que conclure de cette lecture ? Que ce livre sur la mort est incroyablement vivant, et que, si l’on est un être humain conscient, responsable et se pensant libre, il nous permet de nous déterminer à oser vivre.

FR

Publié le 30 janvier 2021
Editions Odile Jacob - 336 pages - 22,90 euros

- À DÉCOUVRIR -
Les traversées du deuil - Martine Spiesser

Martine Spiesser nous propose de redonner à ce temps si spécial du deuil une grande bouffée d’humanité et une nouvelle légitimité.

Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.