Le Dimanche 7 octobre 2018 - 13:48

Docteur, rendez-moi ma liberté - Yves de Locht

Il faut l'accepter : il n'est pas toujours possible de guérir.

Docteur

 

"Chacun des patients que j'ai aidé à mourir a forgé ma conviction : au-delà d'un certain seuil, la souffrance ne doit pas se prolonger. Le "dernier soin", comme j'aime l'appeler, fait partie de ceux que le médecin doit dispenser à celui qui le réclame. Ce n'est pas la vie que j'abrège, c'est l'agonie."
Pour le docteur belge Yves de Locht, qu'un malade incurable puisse demander et bénéficier d'une euthanasie est une évidence. Une liberté dont rêvent tous les Français qui font le voyage jusqu'en Belgique.
On meurt mal au pays des droits de l'homme où les malades lourdement handicapés ou en fin de vie, interdits de disposer de leur corps, sont contraints de " faire avec " une éprouvante et inutile agonie. Alors que près de 89 % de Français sont favorables à une mort médicalement aidée et humainement choisie, il est urgent de porter cette situation déshonorante sur la scène publique.

Commander en ligne

- À DÉCOUVRIR -
La vie, c'est génial ! Vieillir sans oublier d'être heureux - Mylène Demongeot

Mylène Demongeot, membre du comité d’honneur de l’ADMD, arrive vers la maturité.

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.