Le Lundi 11 mai 2020 - 16:32

Lecture pour un déconfinement progressif...

Voici nos recommandations de la semaine...

admd

Le monde n’existe pas
Fabrice Humbert

C'était deux amis inséparables au lycée Franklin de Drysden ; et ce qui ne gâtait rien, Ethan était si beau ! Il se retrouve à la une des journaux, accusé du plus horrible des crimes sur une jeune mexicaine. Son ami, devenu journaliste, en est totalement retourné.

Comment est-il possible que le jeune homme qui avait éclairé l'adolescence d'Adam ait pu devenir un criminel ? Ami et journaliste, il décide de mener l'enquête sur place. Et les découvertes seront tour à tour étonnantes, puis très inquiétantes. La photographie, élément central de l'accusation, a été trafiquée subtilement (merci le trucage numérique !). Et ce ne sera pas la seule chose bizarre à laquelle le journaliste, ami de l'accusé, sera confronté.

Le roman nous fait découvrir une ville et ses secrets, mais aussi nous fait entrer dans le cybermonde où tous les coups sont permis aux fabricants de « fake news ». Certains pourront dire que tout cela ne serait pas vraiment possible, et pourtant...

L'amitié solide résoudra l'énigme. Je vous laisse en suivre les péripéties dans un roman véritablement brillant.

CB




La musique du hasard
Paul Auster*

Le héros de ce roman déjà ancien de Paul Auster nous entraîne à sa suite dans une randonnée existentielle : après avoir hérité d’une grosse somme d’argent à la mort de son père et confié sa fille à sa sœur, il décide de sillonner les Etats-Unis en voiture. Il rencontre des personnages surgis de nulle part qui vont donner un tour extraordinaire à cette fuite en avant. Il serait dommage d'en révéler plus, tant le suspense est efficace. Disons juste que l'on se retrouve dans une sorte de quatrième dimension où le héros se retrouve dans une forme d’enfermement absurde, à la fois insupportable mais aussi, par moments, consenti.

Rien à voir avec le confinement que nous subissons, mais l’angoisse monte devant cette démonstration d’un pouvoir où les manipulateurs sont totalement invisibles.

*Paul Auster est né en 1947 et vit à Brooklyn. Il est poète, traducteur et romancier. Son roman, La musique du hasard, a été adapté à l’écran par Philippe Haas en 1993.

RT



Les Falsificateurs
Antoine Bello

Antoine Bello, écrivain franco-américain, a émergé dans le paysage littéraire français en 2007, avec un roman étonnant, innovant et d'abord incroyable. Une sorte de politique fiction où le très réel le dispute à l'impossible. Comment fabriquer de faux personnages ? Comment créer des mémoires humaines vivantes ?

Cela paraît simple au premier abord. Tous les auteurs de romans le font : on invente un nom, prénom, date et lieu de naissance, et un récit de vie... Mais si on passe dans la « vraie vie », cela se complique car, aujourd'hui, chacun est présent dès sa naissance dans nombre de fichiers informatisés, enregistré à l'état civil, muni du numéro unique d'identification sécurité sociale, le carnet de santé… Et donc, pour créer, dans la « vraie vie » un personnage qui existe, il faut avoir le moyen de créer tous ces identifiants dans tous ces registres et de ne pas se « mélanger les pinceaux » ! Pas toujours facile le mensonge ! Là, on passe dans la presque science-fiction...

Je n'en dis pas plus, sur ce brillant roman que je vous invite à découvrir, chez Gallimard. Les Falsificateurs raconte l'ascension d'un jeune Islandais, Sliv Dartunghuver, dans les rangs d'une organisation secrète internationale, le Consortium de falsification du Réel (CFR). Vous y suivrez le dédale d'opérations dignes d'un roman d'espionnage, mais aussi au plus près de ce que nous vivons aujourd'hui.

Et alors que les « infox » emplissent les réseaux, on peut dire qu'Antoine Bello y joue de fait de façon magistrale, puisque ce Consortium de falsification du réel n'est rien d'autre qu'une gigantesque fabrique de faux ! En 2007, à cette échelle, c'était très novateur ; aujourd'hui ce sont les fake qui inondent les réseaux sociaux !

Et si vous voulez essayer une autre thématique de cet auteur, lisez son dernier texte intitulé Scherbius (et moi).Vous ne le lâcherez pas, car là aussi, vous serez mené par le bout du nez par ce monsieur qui se joue d'un psychiatre avec brio, en se faisant passer successivement pour diverses personnes. Toujours cette fascination pour le double, l'autre, la création auto-réalisée, et certainement une certitude que dans notre monde très technologique, où l'on est de plus en plus pisté, tracé, les faux, les alias, ont encore de beaux jours à vivre.

Pour tout savoir sur cet auteur, son site officiel : https://www.antoinebello.com/

CB



l

Je vous ai apporté des bouchons
Rose Tacvorian*

Maurice collectionne des objets ridicules, c'est un parasite qui s'incruste sans aucune gêne chez ses amis. Il n'a aucun amour propre, les critiques et les rebuffades glissent sur lui sans l'entamer d'aucune façon, il est hypocondriaque… Bref, il présente toutes les caractéristiques du pauvre type. Mais c’est sans compter sur sa persévérance, son opiniâtreté, sa détermination inébranlable. Un roc.

À l'occasion d'une crémaillère à laquelle il n'a même pas été invité, sa vie bascule, de même que celle de tous les invités.

*Passionnée de littérature et d'écriture, Rose Tacvorian est écrivain public diplômé et écrit pour tous ceux qui n'ont ni le goût, ni le temps, ni les capacités pour le faire. Elle anime également des ateliers d'écriture à Paris et à Montreuil. C’est l’une des deux bénévoles qui, durant la période de confinement, a animé notre atelier d’écriture.

- À DÉCOUVRIR -
A lire (ou relire) confinés ! – V

Voici nos recommandations de la semaine...

Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.