Le Journal de l'ADMD

Excercice 2016

Edito […]

En 2016, notre association a été, une fois de plus, très mobilisée grâce à ses délégués et à ses militants. Les actions de terrain que nous avons lancées – tractages sur les marchés, célébrations du 2 novembre, Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité, pique-niques conviviaux, manifestations contre la loi - ont été très nombreuses. Tout comme notre présence sur les réseaux sociaux qui s’est particulièrement développée durant cet exercice.

2016, c’est aussi une nouvelle loi Leonetti – la troisième en 10 ans ! – une nouvelle loi qui ne place pas le patient au cœur de la décision,une nouvelle loi faite par un médecin pour protéger les médecins.
L’année 2016 – nous nous y attendions – s’ouvre par la promulgation le 2 février de la 3e loi Leonetti, une loi qui ne permet toujours pas le respect total du choix des personnes lorsque la vie n’est plus que de la survie.

Journal n°140 de l'ADMD - Mars 2017

Edito […]

Cinq candidats présents ou représentés, au Cirque d’Hiver, pour notre grand meeting devant 1800 personnes enthousiastes et chauffées à blanc par les propos très encourageants et mobilisateurs de la Maire de Paris, de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon ; mais aussi par les propos un peu provocateurs et parfois excessifs du représentant de François Fillon ; mais encore par les propos ambigus du représentant d’Emmanuel Macron pourtant si fidèle à notre cause, le Jean-Louis Touraine ; et enfin par les propos un peu hors sujet du représentant de Nathalie Arthaud, même si cette dernière soutient sans réserve notre cause... Aujourd’hui, donc, trois candidats soutiennent clairement notre cause : Nathalie Arthaud, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Convainquons les autres !

Journal n°139 de l'ADMD - Novembre 2016

Edito […]

J'accuse !

Oui ! L’ADMD accuse la partie de la classe politique qui reste sourde à la détresse de nos concitoyens, aveugle à la déchéance des corps, étonnamment ignorante de la réalité des fins de vie dans notre pays. D’ailleurs, combien de nos gouvernants savent véritablement ce qui se passe réellement à la toute fin de la vie lorsqu’on ne bénéficie d’aucun passe-droit pour entrer notamment en soins palliatifs quand à peine 20% des mourants peuvent en bénéficier ? Ont-ils entendu ces appels au secours de celles et ceux qui refusent la survie aidée de machines, artificielle, qui leur est imposée par un système, par certains médecins, par un serment d’Hippocrate qui n’a d’autre valeur que celle d’un symbole d’un ancien temps, remanié au gré des siècles et des évolutions de nos sociétés ?

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.