Le Journal de l'ADMD

JOURNAL N°152 de l'ADMD - JUIN 2021

Edito […]


AU REVOIR. ET À BIENTÔT !
 
Ce n'est pas sans une certaine émotion – vous vous en doutez – que je signe ce dernier éditorial comme président de l'ADMD. Depuis 2007 que je suis à la tête de notre association – et élu administrateur depuis 2005 – j'ai mesuré l'honneur que vous m'avez fait en me renouvelant votre confiance sans interruption.
 
Comme président, j'ai connu beaucoup de bonheur et je suis fier d'avoir mené notre association là où elle est à ce jour. J'en céderai la présidence le 2 octobre prochain, sans avoir à rougir de ce que notre ADMD est devenue : la plus grande  association à œuvrer dans le champ de la fin de vie, avec plus de 75 000 adhérents, avec une situation financière qui la met à l'abri de tous risques pour de nombreuses années ; une association qui a gagné à sa cause l'opinion publique et les députés français. Une association connue et reconnue, présente sur le front de la revendication militante comme sur le front de la représentation des usagers du système de santé.
 
Durant ces années de présidence, j'ai vécu avec vous des deuils... Plusieurs de nos anciens délégués sont morts. Des bénévoles de notre service ADMD-Ecoute également. Je pense aussi à nos anciennes vice-présidentes : Nicole Boucheton, Josette Sottile, Claudine Lassen. Je pense aussi, bien sûr et avec une infinie tristesse, au décès de notre ancien secrétaire général qui a tant fait pour notre association et pour les Jeunes ADMD, à mon mari, Christophe Michel-Romero.

Télécharger en PDF
JOURNAL N°151 de l'ADMD - FÉVRIER 2021

Edito […]


En ce début d'année, toujours dans un contexte de crise sanitaire qui restreint très fortement notre capacité à nous rencontrer, à échanger, à partager..., votre association a mené une vaste campagne de communication et d'interpellation.

Le 1er février, nous avons adressé une lettre ouverte au président de la République, signée par de nombreuses personnalités des arts, de la politique, des médias..., lui demandant de prendre une initiative forte en faveur de la légalisation du droit de mourir dans la dignité et de laisser le Parlement légiférer en faveur d'une loi de liberté. Cette lettre ouverte a été publiée dans plusieurs quotidiens nationaux, dont Le Monde (daté du 3 février) et Le Figaro (daté du 4 février). Cette lettre a été relayée auprès des Français via une pétition mise en ligne sur le site change.org (www.change.org/ADMDLettreOuverte).
Le Parlement a aussi beaucoup travaillé. Quatre propositions de loi sont aujourd'hui actives à l'Assemblée Nationale : celle de Marine Brenier (25 cosignataires), celle de Caroline Fiat (17 cosignataires), celle d'Olivier Falorni (4 cosignataires) et celle de Jean-Louis Touraine (150 cosignataires). Au Sénat, la proposition de loi de Marie- Pierre de la Gontrie (50 cosignataires) doit être discutée en séance le jeudi 11 mars 2021. Chacune de ces propositions de loi a ses qualités et ses défauts. Elles sont le fruit de la réflexion de leur auteur et tiennent compte des valeurs du groupe politique auquel il appartient.

Télécharger en PDF
JOURNAL N°150 de l'ADMD - JUIN 2020

Edito […]

Je ne peux pas débuter cet éditorial sans être en pensée, d’abord avec toutes celles et tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont souffert durant la très difficile période que nous avons traversée au printemps ; et bien sûr, avec nos proches qui ont succombé. Ils savent ma compassion et ma solidarité. Ensuite, avec toutes celles et tous ceux qui, en prenant des risques, ont poursuivi leur mission au service du public, et notamment les personnels soignants. Dans notre association, je voulais remercier nos salariés, nos bénévoles, nos délégués qui sont restés à l’écoute de nos adhérents.
Il est encore trop tôt pour tirer les leçons de la très récente crise sanitaire au regard de la loi française sur la fin de vie, la loi du 2 février 2016 dite Claeys-Leonetti, mais il est absolument certain que cette crise, inédite, a souligné les carences de la loi française sur la fin de vie, ainsi que de la prise en charge dans les hôpitaux et les Ehpad, malgré l’extraordinaire investissement humain des personnels.
Depuis le 17 mars, notre association a été dans l’impossibilité de réunir ses adhérents, de communiquer fréquemment avec celles et ceux qui, éloignés de l’informatique, n’ont pas ou pas aisément accès à Internet. Ceux-là se sont probablement sentis isolés, délaissés. J’en suis désolé, et c’est pourquoi j’ai souhaité écrire personnellement à chacun d’entre vous durant ce confinement.

Télécharger en PDF
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.