Le Mardi 21 février 2017 - 17:31

Quand cela sera-t-il réel ? Une fin de vie digne...

"Après le passage du médecin, j'ai mis fin à la souffrance de ma mère, bravant ainsi les propos du médecin..." […]

Quand

Les années passent, certains médecins pratiquent l’euthanasie ; cela se fait, mais ne se dit pas, sinon c'est puni par la loi, dixit le médecin de ma mère. Mon père, mon compagnon, ont bénéficié de cet acte d'amour. Ma pauvre mère, quant à elle, n'a pas eu autant de chance. Jamais je n'oublierai ces 2 jours 1/2 et 3 nuits de sa lente agonie eu égard à la sédation létale (morphine, Hypnovel à petites doses) sous laquelle elle avait été placée. Après le passage du médecin et de l'infirmière, j'ai mis fin à sa souffrance, bravant ainsi les propos du médecin qui tout de go m'avait signifié qu'elle ne pratiquerait pas l'euthanasie. J'ai pris sur moi toute la responsabilité que cela induisait. Je resterai marquée jusqu'au moment où ma fin de vie personnelle arrivera. Je sais par avance que jamais je n'autoriserai les soins palliatifs tels que ma mère les a vécus jusqu'au délitement des fonctions vitales.

Comment à l'ère où les hommes marchent sur la lune, font le tour du monde sur l'eau en un temps record, et ce grâce aux technologies de pointe, peut-on autoriser pareil acharnement thérapeutique d'une cruauté sans pareille ?  Ma colère dépasse ma tristesse, car je n'ai pas pu faire respecter le mot écrit et confié de ma pauvre mère. J'ai assisté, impuissante aux propos débiles des uns et des autres, médecins, infirmières, aides soignantes." Elle est tranquille, elle ne souffre pas, elle n'est pas encombrée, etc…"

L'hypocrisie derrière laquelle se réfugient certains médecins, protégés par cette loi Leonetti, a somme toute été conçue uniquement pour protéger le corps médical dans son ensemble.

C'est dans ce genre d'adversité que l'on apprend à mesurer ces actes inhumains, sans manger, sans boire...

D'un point de vue philosophique, le seul drame dont on ne se relève pas, c'est la mort ;  quand elle vous est imposée de cette manière, c'est criminel.

Nicole G.

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie. "Notre frère est mort dans la souffrance..."

"Ma colère suite au décès de notre frère Alain parti dans des circonstances qui ne lui ont pas permis de partir dans la dignité..." […]

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter