Obstruction parlementaire […]

Le Mercredi 7 avril 2021 - 21:01

euthanasie

La députée LR des Alpes-Maritimes Marine Brenier explique pourquoi il faut réformer la loi Leonetti sur la fin de vie. Cette proposition de loi sur un droit à une fin de vie choisie pourrait ne pas être voté suit à l’obstruction des députés LR et de leurs amendements.

Marine Brenier est députée Les Républicains à Nice. Un de ses combat à l'Assemblée est de réformer la loi Léonetti, la loi sur la fin de vie. Elle se bat avec de nombreux députés de différends partis pour "permettre l'aide médicale à mourir". Sur France Bleu Azur, Marine Brenier explique que cette réforme de la loi ne concerne au final que 3 % de la population : 

"Ce serait très encadré et pour des personnes atteintes de maladies incurables. Aujourd'hui, le patient s'éteint tout seul, certains agonisent. On arrête de soigner la pathologie et on arrête l'hydratation et ça peut durer longtemps. On a des cas de figure où les patients vont s'éteindre au bout de trois semaines." 

"Dans le coma, on ne sait pas si l'on souffre ou pas."

Marine Brenier assure qu'il n'y a "pas d'étude très concrète sur le sujet. On suppose que le patient est dans cet état comateux, qu'il ne souffre pas mais quand on interroge des personnes qui reviennent d'un coma, ils disent avoir rêvé pendant cette période." 

Marine Brenier ne comprend pas le blocage parlementaire

Plus de 3.000 amendements vont mécaniquement rendre impossible l’examen de leur totalité sur une seule journée jeudi. Ce que déplore Marine Brenier : "L’Assemblée ne va pas pouvoir débattre sur un sujet de société majeure. Cette loi n'est pas morte née puisque déjà en commission nous avons réussi à l'adopter. C'est déjà un pas considérable. Après demain, ça se joue à l'Assemblée nationale. J'ai effectivement l'obstruction de cinq parlementaires LR et quelques jeunes mamans qui veulent nous conduire très certainement à ne pas pouvoir appliquer le texte." 

Sur ces 3.000 amendements, 2.300 viennent de députés LR, opposés à ce texte instituant un "droit à une fin de vie libre et choisie" du député Olivier Falorni, prévu dans le cadre de la niche parlementaire attribuée à son groupe. 

Le site de France Bleu

- À DÉCOUVRIR -
Fin de vie : « Il faut laisser les personnes malades nous dire ce qu’elles veulent faire de leur vie. Écoutons-les ! » - TF1

[VIDÉO] Un douloureux combat face à une maladie incurable.

Lire la suite
Demande de documentation
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.