Le Mercredi 4 juillet 2018 - 10:13

Décider de mourir, un choix sans partage - La Nouvelle République

Michael Delafontaine affiche une belle santé, mais milite pour que chacun puisse être maître de sa fin de vie […]

ADMD

 

Un homme de 40 ans qui plaide pour une fin de vie, volontaire et sans souffrance, est toujours « suspecté » d’être malade. A tort. Michael Delafontaine, père de trois enfants et professeur de mathématiques à Tours, est en parfaite santé physique et mentale. Ce qui ne l’empêche pas d’épouser de grandes causes humanitaires. « Un jour, j’ai vu un film qui s’appelait “ Le Choix de Jean ”. Ça m’a touché. C’est important de décider du moment de sa fin de vie lorsqu’elle devient trop pénible pour soi et pour les autres. »
Un point de vue peu répandu chez les gens de sa génération… « Dans l’Association pour le droit de mourir dans la dignité, je reconnais que les gens de mon âge sont rares et autour de moi, mon discours n’imprime pas. Pourtant, en France, 90 % des personnes interrogées sont d’accord avec l’idée du suicide assisté. »
L’association ADMD, présidée en Indre-et-Loire par Alain Fievez, sera sur le terrain aujourd’hui (lire encadré) pour informer la population. « Nous nous battons pour que la loi Léonetti évolue. D’ailleurs, en dehors d’une petite partie de médecins qui refusent d’aider des patients à mettre fin à leur vie, la grande majorité est pour cette pratique. »
“ On incite les gens à remplir une directive anticipée ” Une pratique qui répond à des critères précis : « Rien ne se fait sans l’accord de la personne. Pour ma part, j’ai donné pouvoir à trois relations. Je leur fais confiance. Si je ne suis pas conscient, elles pourront prendre une décision. Voilà pourquoi on incite les gens à remplir une directive anticipée, tant qu’ils sont en bonne santé. »
Reste un problème d’équité : « Si vous êtes traité dans un CHU, les médecins pourront vous appliquer les soins palliatifs. Dans les petits hôpitaux de campagne, c’est plus compliqué. » Et le professeur de mathématiques de citer Sénèque : « La raison exige qu’on se prépare à la mort avant de se préparer à la vie. »

Le site de la Nouvelle République

- À DÉCOUVRIR -
Bourges : la fin de vie, une vraie question même en été pour l'ADMD - France Bleu

L'ADMD poursuit son combat pour obtenir une loi autorisant l'euthanasie […]

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter