Le Samedi 25 avril 2020 - 18:20

A lire (ou relire) confinés ! – IV

Voici nos recommandations de la semaine...

de

La petite mort de virgile
Christian Rauth

Une couverture bien aguicheuse… Qui est cette belle femme ?  Elle sera au centre du livre, aimée de plusieurs hommes. Mais c'est aussi un roman policier qui vous tiendra en haleine ; en ce moment, il est bien utile de se changer les idées…

On enterre Virgile Santos, victime d'un accident de voiture. Ce ne sera pas la première fois que la route fera une victime.

En entrant dans le livre, on rencontrera en diverses circonstances : un honnête maçon qui vire escroc, un détective en mal d'amour qui serait complice d’un meurtre. Et quid de ce SDF qui a une histoire un peu bizarre ?

Bien sûr, on ne peut qu'attribuer les meurtres à un serial killer que le commandant Perrot tente de pister. Comme souvent, les assurances mettent aussi un enquêteur sur le coup et c'est comme cela que sera découvert le pot aux roses. Une écriture qui peut déconcerter au début, mais vous vous laisserez prendre à cette recherche d'un serial killer et à la résurrection d'un mort !

L'auteur, membre du comité d’honneur de l’ADMD, a plusieurs cordes à son arc : auteur, scénariste (plusieurs épisodes de Navarro… et, actuellement visible sur le site Madelen de l'Ina, avec 3 mois d'abonnement gratuit, Les mystères de Paris, d'Eugène Sue, et une enquête du fameux commissaire Maigret, Maigret et l'enfant de choeur), acteur de théâtre, de cinéma et de télévision (la série Père et maire).

De quoi passer pas mal de bons moments.

CB

Autres livres de Christian Rauth :
Le Poulpe - Le brie ne fait pas le moine
Crime pour l'humanité
Fin de série

 



On n’emporte rien dans sa tombe
Evariste Garnier


« L’important n’est pas d’être lu mais de prendre du plaisir à écrire. La littérature est un art comme tous les arts, il représente un exutoire pour beaucoup de personnes, une manière de crever l’abcès, d’éviter de passer sa vie sur le divan d’un psychiatre », fait dire l’auteur à l’un des personnages, apparemment réels, qu’il évoque.

On ne saurait mieux caractériser la promenade qu’il nous fait faire, avec un recul impressionnant, dans trois années de sa vie, passées à se dépouiller de ses biens matériels et de ceux de ses parents ; il évoque longuement les difficultés éprouvées en étant propriétaire, locataire, curateur, en réglant une succession, en vendant ces biens immobiliers…

Si le centre de son récit est, d’une part, la mort de sa mère, survenue chez elle après une interminable agonie, due apparemment à une méconnaissance de la loi française sur la fin de vie et de l’importance des directives anticipées et, d’autre part, à la lente dégradation de la santé de son père, il n’y arrive qu’après le récit de ses difficultés de propriétaire, de locataire et de vendeur, et après avoir mis en parallèle la mort de ses chiens ; son amour de la nature et sa connaissance de la montagne son évoqués à l’occasion de la dispersion des cendres de sa mère et sonnent juste, et la description de ses proches est émouvante.

Il insiste sur le fait que la propriété individuelle lui apparaît comme la cause de bien des maux, mais qu’il apparaît difficile de changer de système, le capitalisme ayant ainsi gagné.

Après avoir envisagé de vivre en camping-car, mais rebuté par le climat, cet ingénieur, à la spécialité pointue et recherchée, décide, après avoir rencontré l’un de ses anciens collègues revenant des Etats-Unis, de partir s’installer au Canada ; il indique se préparer ainsi à mourir, mais se rend compte alors qu’il commence à vivre. Il cite George Eliot « Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que nous aurions pu être ».

Il obtient en tous cas que le lecteur se livre sans cesse à des interrogation, allant jusqu’à se demander si le pseudo choisi « Evariste », ne l’est pas en référence à Evariste Galois, et à sa « théorie de l’ambiguïté ».

Il apparaît que lui va comme un gant la définition d’André Malraux « La vérité d’un homme, c’est d’abord ce qu’il cherche ».

FR

(L'auteur, Evariste Garnier, adhérent de l'ADMD, a eu la gentillesse de mettre ce texte à la disposition de nos lecteurs.)

On n'emporte rien dans sa tombe (à télécharger)
- À DÉCOUVRIR -
A lire (ou relire) confinés ! – III

Voici nos recommandations de la semaine...

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.