Le Samedi 18 avril 2020 - 18:39

A lire (ou relire) confinés ! – III

Voici nos recommandations de la semaine...

j

Dévorer les ténèbres : enquête sur la disparue de Tokyo
Richard Lloyd Parry

C'est peu dire, en ces temps incertains, où le temps passe tellement autrement de l'habitude, qu'une plongée dans un milieu différent, un pays lointain (le Japon) peut être une excellente façon d'oublier les tourments de l'actualité.

Alors n'hésitez pas, et plongez dans cette enquête menée par un journaliste anglais, installé à Tokyo depuis plusieurs années, et qui a eu à suivre la disparition d'une jeune femme de 22 ans, mignonne, partie de chez elle pour 3 mois pour gagner un peu d'argent et profiter de Tokyo, avec une amie d'enfance.

Toutes deux, sur les conseils d'une autre amie, se font embaucher dans un club pour salaryman ces hommes qui viennent, en groupes souvent, se distraire le soir au sortir de leur entreprise. Et dans ces clubs, on y parle anglais, plus ou moins bien, on y apprécie les jeunes femmes étrangères, de préférence blondes, anglaises, néo-zélandaises ou autres, qui pendant une soirée, leur font la conversation et quelques mignardises. Parfois, mais hors le club, il y a le Dohan, sortie sur rendez-vous, où peuvent se prolonger des relations plus intimes. C'est bien rémunéré, alors Lucie et Louise se prêtent à ce jeu, espérant le pactole.

Mais le jeu peut devenir dangereux et Lucie, un soir, disparait après avoir laissé à sa colocataire un message téléphonique bien énigmatique.

L'enquête de Parry nous fait découvrir des pans de la culture japonaise autour de ces clubs de rencontre, mais aussi les réactions de la presse anglaise dite "de caniveau" qui va jusqu'à payer des personnes pour obtenir des scoops. Au bout d'une année, enfin, est arrêté le suspect fortement probable, la jeune femme retrouvée morte horriblement amochée, et là nous découvrons le fonctionnement de la justice japonaise (cela rappellera à tous les détails donnés lors de l'incarcération de Carlos Ghosn), un procureur qui cherche à obtenir des aveux, un suspect très spécial (QI de 180, dit-il, et très très riche) qui refuse d'avouer sa culpabilité, ce qui au Japon est insupportable pour l'institution judiciaire. Le procès durera 8 ans ! Et il aboutit à la relaxe du suspect pour ce meurtre (absence de preuve et pas d'aveu) mais à sa condamnation à perpétuité pour d'autres viols précédents…

Le portrait de l'auteur meurtrier est très étonnant aussi, et nous laisse entrevoir la complexité des liens entre le Japon et les Coréens installés au Japon.

Vraiment, si vous être curieux d'une histoire policière hors normes ou si vous vous intéressez à la civilisation japonaise, aux arcanes de la psychologie humaine, plongez dans ce livre. On ne voit pas passer le temps et on apprend beaucoup !

Il appartient aux collections de l'éditeur Sonatine qui, depuis quelque 15 ans, s'est fait une spécialité de traductions de romans policiers d'excellence, généralement traduits de l'anglais ou de langues scandinaves. Leur catalogue est un gage de qualité !

CB

*********************************

k

Chevrotine
Eric Fottorino

« Toutes les femmes attendent le grand amour. Ta mère cherchait son assassin… »

C’est la phrase énigmatique d’un père qui tente d’écrire une dernière lettre à sa fille pour lui dire la vérité sur la disparition mystérieuse de sa mère Laura, lorsqu'elle était enfant. Il cherche ses mots, submergé par ses souvenirs. L’auteur décrit un amour fou, qui ne dure pas, avec des mots percutants.

Pour aller plus loin, lire l’entretien avec l’auteur.

RT

- À DÉCOUVRIR -
A lire (ou relire) confinés ! – II

Voici nos recommandations de la semaine...

Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter
Nous souhaitons utiliser les données à caractère personnel que vous nous fournissez via cette inscription, notamment pour vous envoyer notre newsletter. Lisez notre politique de confidentialité pour connaître l’ensemble des informations sur notre usage de vos données à caractère personnel.