Le Journal de l'ADMD

Journal n°139 de l'ADMD - Novembre 2016

Edito […]

J'accuse !

Oui ! L’ADMD accuse la partie de la classe politique qui reste sourde à la détresse de nos concitoyens, aveugle à la déchéance des corps, étonnamment ignorante de la réalité des fins de vie dans notre pays. D’ailleurs, combien de nos gouvernants savent véritablement ce qui se passe réellement à la toute fin de la vie lorsqu’on ne bénéficie d’aucun passe-droit pour entrer notamment en soins palliatifs quand à peine 20% des mourants peuvent en bénéficier ? Ont-ils entendu ces appels au secours de celles et ceux qui refusent la survie aidée de machines, artificielle, qui leur est imposée par un système, par certains médecins, par un serment d’Hippocrate qui n’a d’autre valeur que celle d’un symbole d’un ancien temps, remanié au gré des siècles et des évolutions de nos sociétés ?

Journal n°138 de l'ADMD - Septembre 2016

Edito […]

36e Assemblée générale

Ce samedi 10 septembre, devant près de 500 personnes réunies au Palais des Congrès de Juan-les-Pins, dans une parfaite organisation due à Jacques Desaunay, notre délégué pour les Alpes-Maritimes et Monaco, et à son équipe de bénévoles, et devant un aréopage de personnalités (Marie-Christine Barrault, Julien Cendres, Noëlle Châtelet, Pauline Delpech, Irène Frain, Brigitte Lahaie, Véronique Massonneau et Gilles Vervisch) qui portent fièrement les valeurs de notre association, j’ai donné le coup d’envoi d’une année de mobilisation, qui s’achèvera, nous l’espérons tous, avec l’élection d’un président de la République et de députés qui défendront, non pas les revendications de l’ADMD, mais le droit à choisir les conditions de notre propre fin de vie puisqu’il s’agit d’une simple question de liberté individuelle.

Journal n°137 de l'ADMD - Juin 2016
Edito […]
 
La séquence qui va s’ouvrir en septembre va être militante, citoyenne, politique. Avec notre assemblée générale qui se tiendra au Palais des Congrès d’Antibes
– Juan-les-Pins, le samedi 10 septembre (Antibes, la ville dont Jean Leonetti est le maire), l’ADMD et ses presque 68.000 adhérents va réaffirmer haut et fort sa revendication constante portée depuis sa création en 1980 : le droit de choisir librement et en conscience les conditions de sa propre fin de vie, c’est-à-dire le choix entre un accès universel aux soins palliatifs (prévu pourtant dans la loi de 2002 mais toujours en nombre notoirement insuffisant), la légalisation de l’euthanasie active et la légalisation du suicide assisté. Et ceci pour l’unique raison que notre corps nous appartient. A nous, et pas aux voleurs de liberté...
Demande de documentation
S'enregistrer
S’inscrire à la newsletter